4. Extraction par solvant

 

L'extraction par solvant consiste à dissoudre la substance contenant l’huile essentielle recherchée dans un solvant, puis à éliminer le solvant et récupérer l’huile essentielle.
On l’utilise sur des plantes telles que la rose, la violette, la fleur d'oranger, le jasmin, la tubéreuse, les jonquilles, la cassie ou le réséda.
 
 

A) Première étape : Lavages successifs au solvant

 
On met en contact le solvant et le matériel végétal dans des cuves appelées extracteurs. Celles-ci sont constituées de plaques métalliques percées de trous, pour que le solvant puisse circuler librement dans la totalité de l’espace. Les plantes sont posées sur ces plaques, qui, empilées les unes sur les autres avec un certain intervalle entre chaque, permettent d’entasser une grande quantité de plante sans pour autant les écraser.
 
Le choix du solvant s’effectue en fonction de :

-sa solubilité : le composé à extraire doit être très soluble dans le solvant (pour pouvoir être extrait dans celui-ci). La solubilité du composé à extraire dans le solvant dépend de sa structure chimique : un composé polaire sera soluble dans un solvant polaire (eau, alcool), tandis qu'un composé peu polaire (limonène par exemple) sera soluble dans un solvant peu polaire (penthane, hexane, benzène). Elle dépend aussi de la taille et de la rigidité des molécules.

-son état physique : il doit être liquide à la température et la pression où l’on réalise l’extraction.

-sa température d'ébullition : elle doit être faible (pour que le solvant puisse être éliminé plus facilement).

-de plus, le solvant ne doit pas réagir chimiquement avec l'huile essentielle.


Le solvant le plus utilisé est l’hexane car il est très volatile. Le benzène et le dichlorométhane étaient aussi très courants mais ont été interdit du fait de leur toxicité : cancérigènes (cf Réglementation).

 
Le lavage s’effectue à basse température et dure de 6 à 8 jours. On en réalise généralement 2 ou 3 à la suite. Puis on enlève les morceaux de plantes et on récupère le solvant.
Le solvant s'est ainsi chargé en corps odorants. Généralement, la quasi-totalité des molécules odorantes passent dans le solvant dés le premier lavage, mais lorsqu'on enlève la matière végétale, elle emporte avec elle une grande partie de cette solution. Il est donc nécessaire de recommencer 1 ou 2 fois avec un nouveau volume de solvant pour perdre le moins possible de molécules odorantes.
 
 

B) Deuxième étape : Extraction du solvant par évaporation

 
On fait bouillir le mélange obtenu, dans le but d’éliminer le solvant. Ceci est possible car sa température d’ébullition est inférieure à celle de l’huile essentielle.
On obtient ainsi une essence concrète (pâte fortement odorante obtenue à partir de fleurs) ou une résinoïde (à partir de plantes sèches : racines, mousses…). Ces 2 états de l’essence contiennent des cires et des corps gras.
 
 

C) Troisième étape : Purification à l'alcool

 
On réalise une série de lavages pour purifier le produit obtenu. On utilise cette fois-ci comme solvant l’alcool car la cire et les corps gras de la concrète y sont insolubles. Chaque lavage consiste à mettre en contact l’essence concrète et l’alcool dans des cuves de macération pendant quelques jours, voir quelques mois. Durant cette période se forme un précipité contenant les corps gras végétaux.
Ensuite, une succession de glaçages suivis de filtrations permettra d’éliminer ce précipité. En effet, les produits cireux ont la propriété de se figer sous l'effet du froid.

L’alcool est éliminé sous vide. La concrète est ainsi devenue une essence pure et limpide appelée absolue.    


 
 
 
 

D) Intérêts :


L’intérêt de cette méthode réside dans les
températures très faibles qu’elle nécessite. En effet, on l’utilise surtout pour des plantes fragiles qu’une distillation endommagerait.
De plus, malgré les nombreuses similarités qu'elle possède avec l'enfleurage, elle est plus rentable que ce procédé.
 
 

E) Inconvénients :

 
- La quantité de solvant est importante. Il existe donc un grand risque d’inflammation et de pollution.
- Des traces résiduelles de solvant peuvent être présentes à la fin dans l’huile essentielle, altérant sa qualité.
- Cette technique est plus chère qu'une distillation, donc réservée aux plantes fragiles ne pouvant être distillées.
- La durée nécessaire est très longue (de quelques semaines à plusieurs mois).
 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site