7. Hydrodistillation

 

   Parmi les techniques d’extraction d’une huile essentielle, l’hydrodistillation ou entraînement à le vapeur est l’une des plus anciennes (remonte à l’Antiquité). Elle est très facile à mettre en œuvre. Le principe est le suivant : dans un ballon, on porte à ébullition un mélange d’eau et de la plante dont on souhaite extraire l’huile essentielle. Les cellules végétales éclatent et libèrent les molécules odorantes, lesquelles sont alors entraînées par la vapeur d’eau créée. Elles passent par un réfrigérant à eau où elles sont condensées, puis sont récupérées dans un récipient.

 

 

 


 

 

 

Montage d’une hydrodistillation

Les grains de pierre ponce régulent l’ébullition et homogénéisent la température du mélange.

 

 

   Le récipient contient à ce moment deux phases : une phase aqueuse et une phase organique odorante appelée huile essentielle. On sépare maintenant ces deux phases par relargage. Cette technique consiste à ajouter du chlorure de sodium au distillat afin d'augmenter la polarité de l'eau. En effet, l'eau est une molécule polaire, et les huiles essentielles sont peu polaires, c'est pourquoi l'huile essentielle est peu soluble dans l'eau. Cependant les phases sont rarement totalement séparées. Le chlorure de sodium, un composé ionique, se dissout dans l'eau et augmente sa polarité, ce qui sépare plus nettement les deux phases. Il est ensuite facile de récupérer l'huile essentielle à l'aide d'une burette graduée.

 

 

A. Longueur de l’opération

 

   Généralement, on fixe la durée d’une hydrodistillation aux alentours d’une demi-heure, mais si l’on veut extraire toute l’huile essentielle contenue dans la plante, l’hydrodistillation doit durer beaucoup plus longtemps.

 

 

B. Altération de l’huile essentielle

 

    Cependant, plus l’hydrodistillation dure longtemps et plus l’essence originelle est altérée. En effet, le chauffage de la plante détruit les molécules olfactives. On est alors placé devant un dilemme quantité/qualité : faire durer l’hydrodistillation jusqu’à extraction complète de l’huile essentielle, ce qui donnera un produit de qualité olfactive moindre, ou privilégier la qualité mais gaspiller la plante en n’en tirant qu’une faible quantité d’huile essentielle.

 

 

C. Rendement 

 

    Quel que soit le choix du distillateur, on ne peut jamais déterminer la quantité d’huile essentielle que l’on obtiendra à l’arrivée. En effet le produit dépend de nombreux facteurs, des variables que nous étudierons dans la seconde partie du TPE : la durée, bien évidemment, mais également la température, la pression, le morcellement de la plante (manière dont elle a été coupée), etc.

 

D. Réalisation facile et peu couteuse

 

    Malgré tous ces défauts, l’hydrodistilllation est toujours la technique d’extraction la plus utilisée. En effet, elle est très facile à réaliser (au programme des TP de chimie de la classe de seconde par exemple), ne requiert qu’une verrerie de base (un chauffe-ballon, un ballon, un réfrigérant à eau et une éprouvette graduée suffisent) et ne coûte pratiquement rien : le matériel réutilisable indéfiniment à part, les seuls ingrédients nécessaires sont la plante, dont on veut extraire l’huile essentielle, l’eau, qui servira à l’entraîner, et les grains de pierre ponce, qui régulent l’ébullition.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site