Analyses précises en laboratoire

 

Nous avons vu dans la partie précédente que le contrôle de la qualité d'une huile essentielle (dont le risque de toxicité dû à son chimiotype est important) peut s'effectuer facilement en vérifiant les différents caractères physico-chimiques ainsi que les conditions de conservation d'une huile essentielle.

Cependant, des analyses de laboratoire beaucoup plus fines sur les huiles essentielles permettent une vérification plus poussée de la qualité, nécessaire à leur mise en vente sur le marché.

 

  • Les mesures physiques

- Le degré de solubilité dans l'alcool éthylique permet de déterminer certaines falsifications courantes : coupages avec de la térébenthine des terpènes des huiles végétales ou du pétrole.

- Le pouvoir rotatoire et son sens lévogyre ou dextrogyre donne des indications sur la pureté d'une huile essentielle.

- La densité jusqu'à la troisième décimale doit être comprise dans une fourchette connue.

- Il en va de même pour l'indice de réfraction mesuré à trois décimales et à 20° centigrades.


  • Les mesures chimiques

- L'indice d'acide, d'Esther et d'hydroxyle.

- Le dosage des phénols, des terpènes, des cétones, des cinéols, qui donne une première indication sur la composition chimique des huiles essentielles.

 

  • Les analyses avec les appareils de laboratoire

- La spectrométrie et la spectrographie permet une analyse plus fine des divers composants d'une huile essentielle.

- La chromatographie sur couche mince, en phase liquide et en phase gazeuse, permet de déceler les constituants mineurs ainsi que la quasi-totalité des composants. Ces analyses permettent de détecter des substances étrangères, cependant elles sont assez coûteuses.

 

 

  • Les mesures au bio électronimètre de Vincent

Les travaux de Louis Claude Vincent permettent de définir la qualité et les caractéristiques d'un liquide. Louis Claude Vincent précise : «  par bio électronique, nous entendons que tout être vivant, comme tout minéral en solution, est rigoureusement défini par trois facteurs : le pH, le rH2 et la résistivité. »

Ces trois mesures sont en départ liées aux propriétés de l'eau, molécule neutre. Il y a dans l'eau des atomes dissociés en OH- dont la proportion donne le caractère basique à l'eau, et en H+ dont la proportion donne le caractère acide de l’eau.

- Le facteur pH (potentiel hydrogène) mesure le nombre de H+, c'est-à-dire le degré d'acidité d'une solution. Cette mesure se fait sur une échelle de 0 à 14. Avec un pH de 7, la solution est neutre. Pour un pH inférieur à 7, la solution est acide. Pour un pH supérieur à 7, la solution est basique. Les huiles essentielle de qualité présentent un pH voisin de 5 (maximum : 5,8), elles constituent donc des solutions acides.

- Le facteur rH2 (pouvoir d'oxydoréduction) mesure le degré d'électronisation ou pouvoir de polarisation de la solution. Cette mesure se fait sur une échelle de 0 à 42. Avec un rH2 de 28, il y a neutralité ou équilibre entre les H2 et O2. Pour un rH2 inférieur à 28, la solution est réductrice et négative électriquement. Pour un rH2 supérieur à 28, la solution est oxydante et positive électriquement. La majorité des huiles essentielles présente un rH2 voisin de 15 (maximum : 24). Elles constituent donc des solutions réductrices. Il y a quelques exceptions comme la menthe poivrées qui est oxydante.

- Le facteur r (la résistivité) et la capacité d'une solution à s'opposer au passage d'un courant électrique. Cette mesure s'exprimant à Ohms (Ω) cm/cm². On constate que plus une solution est pure, plus elle s'oppose à la transmission électrique. Les huiles essentielles sont des solutions à haute résistivité : r supérieure à quelques milliers d'ohms.

 

 

  •  Les mesures magnétiques  

 Il s'agit de mesures sur le pouvoir vibratoire ou de radiation électro-magnétique des huiles essentielles, effectuées par radiesthésie.

On constate que plus une huile essentielle est de bonne qualité, plus elle présente un pouvoir vibratoire important. Tandis que ses radiations diminuent avec la baisse de la qualité.

Par exemple pour l’huile essentielle de lavande fine (source : Les huiles essentielles, de Rodolphe Balz) :

- Sauvage : pouvoir vibratoire = 130

- Biologique : pouvoir vibratoire = 124

- Falsifiée/coupée : pouvoir vibratoire = entre 10 et 60.

 

  • Pouvoirs des huiles essentielles, liés à ces facteurs

Le pH acide des huiles essentielles explique en partie leurs propriétés bactéricides, il favorise un milieu stérile. D'autre par la solution acide est nécessaire à l'action des vitamines. Elle abaisse aussi le rH2 qui, normalement, devrait se situer à 22. S'il atteint le point d'équilibre 28, le sang ne peut plus fixer l'oxygène, ce qui est grave pour l'organisme car des thromboses et des crises d'asthme peuvent se déclarer. Le pouvoir réducteur des huiles essentielles favorise les propriétés antivirales. La résistive exceptionnelle des huiles essentielles est particulièrement intéressante dans la lutte contre les infections.

 

 

En résumé, ces différentes mesures effectuées sur des huiles essentielles fraîchement distillées donnent des résultats d'une constance très utile pour vérifier leur qualité, leur altération et leur falsification, ainsi que pour déterminer leurs pouvoirs thérapeutiques.

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site