Conclusion

 

En France, la commercialisation des huiles essentielles ne nécéssite aucune AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) malgré les dangers que son utilisation peut engendrer. Cependant, elle est réglementée : plusieurs informations sont obligatoires sur les flacons d'huiles essentielles :

- La mention exacte de la plante distillée, en-dessous de son nom en latin.

- L'agriculture d'origine de la plante dont l'huile essentielle est extraite (biologique ou non). Si elle est issue de l'agriculture biologique, la certification par ECOCERT doit être spécifiée.

- L'origine du produit.

- Les principaux constituants dont elle est composée.

- Le numéro du lot auquel elle appartient.

- La date de péremption.

- La contenance.

 

 

En effet, ces informations permettent déjà à l'acheteur de connaître la qualité de l'huile essentielle grâce à la certification mais aussi à l'origine des plantes utilisées. Toutefois, les frabriquants mettent généralement en garde leurs consommateurs grace à des "notices d'utilisation", donnant des consignes des sécurité et des conseils d'utilisation.

 

 

 

 

Ainsi, la qualité d'une huile est essentielle au consommateur pour sa santé.

C'est également le cas dans l'industrie du parfum, car c'est le procédé d'extraction et la provenance de la plante qui déterminera l'odeur de l'huile essentielle. Il faut privilégier des procédé d'extraction à faible température qui ne dégraderons pas les molécules odorante de l'huile essentielle. Ainsi l'extraction au CO2 supercritique est une nouveauté considérable dans le domaine de la parfumerie, apportant de nouvelles senteurs toujours plus pures.

 

 

L'avis d'un nez sur les extraits au CO2 supercritique.

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site