Etude bibliographique

 

Composés actifs des huiles essentielles

L’activité des huiles essentielles est souvent réduite à l’activité de ses composés majoritaires, ou ceux susceptibles d’être actifs.

Les molécules réputées actives sont des terpénoïdes, car les hydrocarbones saturés et les acétates ioniques sont inactifs, par la nature même de leur faible capacité de liaisons hydrogène et de leur faible solubilité.

 

Les alcools sont généralement plus connus pour leur activité létale que bactériostatique sur les cellules  végétatives. Ils agissent en dénaturant les protéines, comme solvants ou comme agents de déshydratation.

 

Les aldéhydes sont de puissants agents antimicrobiens. Un groupe aldéhydique conjugué à une double liaison est fortement électronégatif. Les composés électronégatifs peuvent induire des réactions de transfert d’électrons et réagir avec des composés nitrés vitaux pour la bactérie : protéines et acides nucléiques

 

Groupe Aléhyde (de l'oxydation d'un alcool primaire) 

 

Les phénols sont responsables de dégâts irréversibles au niveau de la membrane. Le thymol et l’eugénol sont responsables de l’activité fongicide et bactéricide des huiles essentielles qui en contiennent. La molécule de thymol a un effet inhibiteur et létal sur diverses souches, dont Escherichia coli, sur lesquelles elle provoque des fuites d’ions potassium K+. Plus les teneurs phénols sont élevées, plus les huiles essentielles sont efficaces.

Cependant les phénols ne sont pas les seuls responsables de l’intégralité de l’activité ; la totalité de la composition chimique doit être prise en compte. En effet, cest molécules ensembles auraient un effet de synergie.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site